A


Le Baseball

Interview de Jackie Robinson

ntroduction:
Jackie Robinson est un ancien joueur de baseball noir mondialement connu. Décédé depuis quelques années, nous avons retrouvé un interview réalisé par le Times en 1970, deux ans avant sa mort.
I. Un jeu de batte!

onjour Mr Robinson, comment allez vous ?
J.R : Très bien, merci ! Vous pouvez m'appelez Jackie.

D'accord Jackie ! Nous allons commencer... En premier lieu, pouvez vous expliquer à nos lecteurs les règles du baseball ?
J.R : Bien entendu ! Le baseball est un sport collectif. On y joue sur un terrain de gazon et du sable. L'équipement varie selon notre fonction dans l'équipe. Il y a la batte, la balle (assez petite) et le gant en cuir. Nous sommes deux équipes à nous affronter en alternant la défense et l'attaque. Il y a neuf joueurs en défense : un lanceur, un receveur et sept autres joueurs (dispersés stratégiquement sur le terrain). Leur rôle est de rattraper la balle si possible de volée pour éliminer le batteur... Qu'est ce que j'ai oublié... Hmm... Ah, oui ! En attaque, le but du batteur est de frapper un coup sûr pour progresser surs des bases qui sont placées sur le terrain. Un peu comme ça (il nous montre le geste). Lorsque le batteur réussit son coup, il devient un coureur. Il faut qu'il arrive sur la quatrième base pour marquer un point !
 

 

 

II. Run, Jackie, run!

erci pour ces précisions sur votre métier et passion Jackie ! Je suis sûre que le baseball n'a plus de secret pour nos lecteurs, maintenant! Parlons un peu de vous. Vous avez vécu durant cette période sombre de la ségrégation. Pouvez vous nous en parler ?
J.R : C'était en effet, une sombre période. Je ne vous cache pas avoir été arrêté plusieurs fois, étant assez impulsif. De plus, mon arrivée chez les Dodgers de Brooklyn a provoqué de nombreuses réactions des joueurs, très partagés sur le sujet. J'ai réussi néanmoins à m'imposer, non sans efforts ! (rire)

Comment étiez vous lors de votre premier match ?
J.R : J'étais très stressé, presque malade. Evidemment, je fus très mauvais, mais je ne perdis pas espoir pour autant. Mon équipe avait gagné alors je suppose que j'avais quand même le droit à une chance !

Quel courage ! Qu'avez vous ressenti lorsque votre nom a rejoint le temple de la renommée dur  baseball ?
J.R : J'ai été honoré ! J'avais l'impression d'avoir atteint un vrai but dans ma vie. Jamais je n'aurai penser arriver aussi loin !!!

 

III. Time to say goodbye...

ackie, il est bientôt l'heure pour nous de vous laisser... Que pensez vous de ces longues années de baseball qui sont maintenant derrière vous ?
J.R : Cela a été la plus belle période de ma vie. Mon dernier match fut une très belle expérience. Mais plus encore, grâce à mon jeu, j'ai su devenir un symbole de la lutte contre la discrimination raciale. J'ai pu rencontrer des personnes grandioses comme Martin Luther King!
Et je pense avoir accompli ce que tout homme se doit d'accomplir: se battre pour la justice et l'égalité de toute mes forces.

Que pouvez vous dire à nos lecteurs pour clore cet interview ?
J.R : Je ne vous dirai pas de croire en vos rêves, car les rêveurs ne réalisent pas grand chose. Agissez, ne baissez jamais les bras, même si c'est dur, même si je ne vous garantis pas un résultat, cela vaut la peine d'essayer.

 

Retour en haut de page