B

OXMO PUCCINO

 

Interviewer : Oxmo Puccino bonjour!

OP: Bonjour !

I : Merci de m'accorder cette interview...

OP : Mais merci de m'avoir invité !

 

I - L'enfant seul


I : Alors on retrouve dans votre œuvre beaucoup de références à l'enfance, l'adolescence, la jeunesse... Est-ce autobiographique ?

OP: Bien sûr, en partie, mes textes s'adressent à tout le monde mais regorgent de détails vécus, hein, notamment dans "L'enfant seul"

I :Je vous en prie, développez...

OP : Je suis arrivé à Paris en... 75 c'est ça ? Ouais ouais en 1975 c'est ça. Je suis arrivé à "Danube" hein, à côté de la Place des fêtes. Et tu vois, c'est un quartier où  il y a beaucoup de dealers. Mais quand je parle de l'enfance dans mes textes, je tourne ça poétiquement, toujours.

I : Et le rap, ça a commencé quand ?

OP: A 11-12 ans, j'ai découvert cette musique et j'ai tout de suite adoré. Vers 13 piges, je m'y suis mis. J'ai commencé à poser sur des mixtapes vers 21 ans. Donc en ...1996.

 

 

2 - Le succès


I :Ensuite, vous intégrez un collectif... ?

OP : Bien sûr, le Time Bomb. Je leur dois tout. C'est à cette époque que j'ai collaboré avec les plus grands : X-Men, Lunatic, Booba et bien d'autres. Et là... on se fait un nom grâce à nos interventions à Générations (radio). Je sors mon premier album, "Opera Puccino" en 1998. J'en étais très fier. Le succès a été immédiat, j'ai donc fait pas mal de petits projets les années suivantes.

I : Vous sortez alors votre 2ème album, "L'amour est mort" ?

OP: Ouais. Il n'a clairement pas marché. Mais aujourd'hui on le considère comme un classique dans le rap.

Mais le succès va revenir avec mon 3ème album: "Cactus de Sibérie" en 2004.

 

 

3 - Aujourd'hui ?


I :  Bien, après Cactus de Sibérie, comment avez-vous continué dans dans la musique ?

OP : Je me suis ouvert à d'autres genres musicaux que le rap pur et dur. J'ai fait un album concept ave le groupe de jazz "The Jazzbastards". J'ai sorti mon 4ème album solo, "L'arme de Paix" en 2009, qui m'a valu une Victoire de la musique.

I: Vous êtes, 3 ans après, nommé ambassadeur d'Unicef France ?

OP : Oui, j'en suis extrêmement fier. Je sors la même année mon 6ème album: "Roi sans carrosse" encore plus hétéroclite que les autres.

I : Quel parcours !

OP : Comme vous dites .

I : Merci beaucoup de votre témoignage, Oxmo.

 

 

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

LOUIS