C


Andreï Sokourov

 

Andreï Sokourov, réalisateur de talent, nous explique sa vie en quelque séquences !

  1) Ses origines:

e suis Alexandre Nikolaïvitch Sokourov ( enfin bon, je préfère qu'on m'appelle Alex: c'est moins long...)

Je suis né en 1951 à Podovikha dans la région d'Inhoustk, quoi ? vous connaissez pas ? Bah tant pis ! Je suis un réalisateur ( enfin j'étais étant donné que je suis actuellement en train de bronzer au soleil des Bahamas) qui a marqué toute une génération de spectateur et je reste encore très populaire parmi les cinéphiles.

 

  2) Sa technique:

es films sont appréciés des cinéphiles pour leurs recherches plastiques, le souffle créatif (Enfin bon, on va passer, je vois bien que je vous ennuie déjà et de toutes façons, je ne partage pas mon génie ...)
Je reçois le prix Robert-Bresson en 2007 en reconnaissance de comptabilité de mon œuvre avec l'évangile.

 

3) Son parcours:

e sors diplômé en Histoire de l'université de Nigni Novgorod ( La classe, non ?!).  En 1974, et j'entre l'année suivante Vgick, institut central du cinéma de l'URSS ( et pas de blague sur la vodka, je vous prie !) Mais attention, the best of the best, je suis l'élève de l'illustre... Andreï Tarkovski ! Ce réalisateur de talent dont les œuvres m'ont inspiré bien des films contemplatifs qui en dénotent l'influence. Ma reconnaissance internationle, je la dois en revanche à "Mère et fils" ( Oui je n'avais pas d'idée pour le nom ) sorti en 1996. Je remporte suite à cela le Lion d'Or à la Mostra de Venise en 2011: Autremendit, c'est la CLASSE.

 

4) Final

on, je continuerai bien à raconter ma super vie que vous enviez tous MAIS que vous n'aurez jamais, or il se trouve que j'ai commandé de délicieuses pizzas que je dois aller déguster sur-le-champ: toutes ces questions m'ont ouvert l'apétit !

Bref, je ne vous intéresse sûrement plus, hein ? et bien je ne vous souhaite pas Joyeux Noël, ni Bonne année et je ne vous remercierai pas d'avoir pris du temps à lire ceci, je n'ai qu'une chose à dire:
Au revoir !

The end

 

Retour en haut de page

Raphaël