D


Lindsey Stirling, un destin extraordinaire

 

Alexander Grunge : Hey Lindsey, Alexander Grunge du magazine "YT Pop". Je voudrais discuter avec toi de ton nouvel album, "Shatter Me". La première fois que je l'ai écouté, je me suis dit : "P****n, cette meuf roxe du poney !"
Lindsey Stirling : Thanks ! Je suis très honorée d'être avec vous.
A.G.: J'ai cru comprendre que tu as eu un parcours un peu différent des autres alors pourrais-tu nous en parler ?
L.S.: Ok, let's go !

 

1.Un parcours atypique


A.G. : Alors, où as-tu vécu ton enfance ? Où es-tu née ?
L.S. : Je suis née le 21 septembre 1986 en Californie à Santa Ana.
A.G. : J'ai cru comprendre que tu t'es fait connaître avec une émission télé ?
L.S. :Oui, c'est vrai. J'ai participé à America's Got Talent, mais j'ai perdu en quart de finale. J'ai alors commencé à tourner des clips de mes morceaux pour Youtube en 2011 avec Shadows.
A.G. : D'où t'es venue cette passion du violon ?
L.S. :Mon père écoutait beaucoup de musique classique ; et à 5 ans, j'ai demandé à commencer à apprendre le violon. Je commençais à 6 ans malgré la relative pauvreté de mes parents et j'en ai joué tous les jours jusqu'à mes douze ans.
A.G. : Il paraît que tu es engagée dans l'Eglise ?
L.S. : C'est presque ça, je suis engagée dans l'Eglise Mormon.
A.G. : Pourquoi t'être lancée sur Internet ?
L.S. : Je ne le comprends moi-même qu'à moitié : on m'a souvent dit que ce que je faisais était invendable, mais je suis restée fidèle à moi-même. C'est en partie une des raisons de mon succès.

 

2.Une personnalité très apréciée


A.G. : J'ai  vu que depuis quelques temps, tu multipliais les feats et les rencontres en tout genre. Pourrais-tu nous en parler ?
L.S. : En effet j'ai participé à de nombreux featurings notamment avec Peter, Peter Hollens, c'est vraiment un type formidable. J'ai aussi rencontré et chanté avec les Pentatonix qui font vraiment un travail incroyable avec leurs seules voix.
Récemment j'ai rencontré Cyprien et Squeezie dans le care de leur chaîne de gaming. Ils sont vraiment très sympathiques. 
Mais comment ne pas parler de Lzzy Hale ! Je suis vraiment troublée par sa voix et ce qu'elle fait avec son groupe Halestrom est vraiment génial. Surtout "I miss the misery", je l'écoute tout le temps. J'étais vraiment honorée de faire Shatter Me avec elle.
A.G. : Si vous voulez plus de renseignements sur les Pentatonix, une autre interview a été faite par un de mes collègues, fonçez, c'est que du bonheur
!

 

3.Un style musical varié


A.G. : Ca tombe bien que tu parles de Cyprien et Squeezie, car dans ta discographie, il y a beaucoup de titres aux références "geek" assez présentes. Je trouve ça génial mais pourquoi ?
L.S. : J'écris ces musiques en fonction des univers que j'aime : Pokemon (avec Hugo Kurt Schneider, qui est génial lui aussi !), Star Wars, Skyrim, Lord Of The Rings... Tout cela fait partie de ma culture, de mon patrimoine.De plus les tournages sont toujours très sympas, je me débrouille toujours pour ramener des guests et on rigole bien. Les costumes sont toujours magnifiques, je les conserve tous !
A.G. : Au début, tu te dirigeais plutôt vers le style dubstep, puis tu t'es diversifiée. Pourquoi ce revirement ?
L.S. : Pour faire, au plus simple, j'ai été "gavée". Très franchement, au bout de 5 chansons dubstep, ça m'a écœurée et j'ai voulu toucher un public plus large. Néanmoins, le dubstep reste une inspiration assez présente.
A.G. : Hé bien merci beaucoup, Lindsey de nous avoir accordé cette interview. Je te souhaite beaucoup de réussite pour les années futures. Bye !

Antoine Bourdon

Retour en haut de page