C


GRAND CORPS MALADE

 

1. JEUNESSE

SOLAL: Bonjour Fabien, je suis Solal Hammoud journaliste au monde, voudriez-vous m'accorder quelques questions?

GCM: Oui, aucun problème.

 
SOLAL: D'où venez vous ? quel est votre parcours? Parlez-moi de votre famille ?    
Très bien, je suis né le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil, vous savez cette petite banlieue chic de Seine-Saint-Denis. Ma mère est bibliothécaire et mon père est haut fonctionnaire. A l'époque, je me consacrais surtout à mon sport favoris: le basket. Je commençais à gravir les échelons quand tout à basculer pendant cette colonie. Il y avait une piscine, j'ai défié mes potes au plongeon mais le niveau était trop bas. Après ça je me souviens m'être réveillé à l'hôpital avec le docteur qui disait: tu vas sûrement ne plus avoir l'usage de tes jambes. Mais l'espoir est revenu, j'ai retrouvé mes jambes 1 ans après mais le basket, s'était foutu !

Alors je fis une découverte qui changea ma vie : LE SLAM!

SOLAL: Comment s'est construit votre carrière musical?

GCM: C'était vers 15 ans, un été je me baladais avec mes potes à Paris, puis sur la Place de Clichy j'entendis qu'un bar avait scène ouverte alors je me lança et où je dis Cassiopée, un de mes premiers textes. Cet accident fût un tournant de ma vie, alors je décidai de m'appeler Grand Corps Malade !  

 

 

 2.CARRIERE

SOLAL: Comment et qui vous a lancé ?

GCM: Ha!Ha !C'est Petit Nico qui a commencé à me produire, ça a marcher alors j'ai signé avec le label AZ. Après tout marcha pour moi ! Le grand Charles Aznavour me parraina et les albums étaient beaucoup achetés. Voilà !

.

 

 3.LE SLAM

SOLAL: Une dernière question, qu'est-ce que le Slam pour vous ?

GCM: Le Slam pour moi ce n'est pas qu'une belle mélodie et un texte poétique. Le Slam doit refléter la vraie vie, cette vie de tous les jours, le Slam doit faire passer un message. Le Slam, c'est le projet musical d'une vie !

 
SOLAL: Merci beaucoup, c'était un honneur, nos lecteurs seront ravis d'entendre ce témoignage touchant.
Au revoir.
#C