F


Edith Piaf

 

Bonjour tout le monde, c'est moi Edith Piaf, on croit bien me connaître mais je vais quand même vous en dire plus sur moi.
Vous croyez sûrement que je suis morte mais c'est bien moi qui écrit.

 

La légende de ma naissance


ne légende dit que je suis née sous un lampadaire, rue de Belleville dans le 20ème arrondissement de Paris, mais mon certificat de naissance dit que je suis née à l'hôpital Tenon, à porte de Bagnolet, au nom d'Edith Gassion, le 19 décembre 1915.

  

 

Mon enfance "difficile"


a mère était trop pauvre pour m'élever, donc ma grand-mère maternelle, Emma Said Ben Mohamed m'a élevée. Elle ne se serait pas occupé de moi, me laissant dans la saleté, j'ignorais l'eau et l'hygiène.

Je suis restée 18 mois dans la demeure de ma grand-mère avant que mon père, en permission de retour du front, me confie à ma grand-mère paternelle, patronne d'une maison close en Normandie.
J'étais chouchoutée par les prostituées de la maison, c'était la première fois que je mangeais à ma faim, buvais du bon lait de Normandie et portais des robes magnifiques.

En 1922, mon père me reprit avec lui, pour vivre la vie d'artiste de cirque itinérant, puis la vie d'artiste de rue indépendant et misérable. C'est dans la rue que j'ai révélé mon talent et ma voix.
Avec mon père,  nous séjournons dans une petite maison dans la petite ville de Mourmelon-le-Grand, où se tenait le music-hall " l'Alcazar " . Selon une légende, j'accompagnais mon père en chantant la Marseillaise, la seule chanson que je connaissais à l'époque. Je vous avoue que je ne m'en souviens plus.

En 1930, je quitte mon père et chante en duo avec Simone Bertaut, dite Momone, qui deviendra mon amie. Je rencontre mon premier amour, Louis Dupont, de notre union naîtra une fille, Marcelle, qui mourra deux ans plus tard, sans doute d'une méningite.

 

La vie en rose, un de mes plus grands succès


n mai 1945, j'écris et compose "La vie en rose" mais je ne l'inscris pas à mon répertoire. Vu que je ne connaissais pas bien la musique, j'ai donc demandé a Louigny d'en transcrire la mélodie et à Marianne Michel, une jeune artiste inconnue, de l'interpréter ma chanson au cours de différentes émissions radio.

Le succès est immédiat.

En rentrant de tournée, je reprends ce titre, qui deviendra très vite un de mes plus grands succès.

e petit mot de la fin.

Même si je suis morte, je vous remercie d'avoir lu ma biographie.
PS : Vous pouvez la retrouver sur "www.jesuismorte.fr"

 

Retour en haut de page